65488-10150596755408790-616187098-n-1.jpg

Blanche

Blanche

2006

Editions du Seuil

 

 

 

Avis de la Fnac : "Blanche"

Patrice Pluyette a de la chance : repéré par le perspicace Maurice Nadeau, chez qui il a déjà publié deux romans (Les Béquilles, en 2004 ; Un vigile, en 2005), ce jeune romancier né en 1977 aligne texte réussi sur texte réussi. Avec Blanche, fable poétique qui prend pour horizon le ciel et le bonheur, le lecteur entrera dans un univers singulier, très pur, sans coups tordus, très tendre aussi.

Le narrateur de ce bref roman d’une centaine de pages – la brièveté romanesque a ici pour corollaire le travail poétique sur la phrase, franche et généreuse, gorgée de tendresse et de pudeur, simple et épurée, jusqu’à l’évidence – a rencontré une certaine Blanche sur son lieu de travail, le bar d’un aérodrome. Blanche ? Une femme qui « a parfois l’impression de courir après quelque chose de trop grand pour elle, d’inaccessible »… Effectivement, ce que désire Blanche n’est rien de moins que ce qui se refuse au plus grand nombre : le bonheur, la joie d’être au monde, au milieu des choses, au carrefour des êtres, entre le ciel et la terre. La passion de Blanche ? Faire des films, capturer des morceaux de réalité soustraits à l’ordre de la perception commune (par exemple, filmer, après avoir sauté d’un avion, ses camarades de saut…), s’inscrire à sa manière dans la beauté des choses, dans ce qui mérite d’être vu et vécu. La terre qu’habite Blanche ? Une sorte d’utopie au présent, ici-bas, où le ventre des femmes pourrait mystérieusement devenir gros du désir des œuvres à venir…Un très joli texte, un très beau portrait de femme.